Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 octobre 2021 3 27 /10 /octobre /2021 19:40

Nous étions 17 personnes à prendre le départ de Chavelot et 8 à Saint-Nabord pour cette sortie « culturelle » dans le Haut-Rhin. Bruno, notre guide conférencier nous a rejoint pour une visite privée du musée de l’Impression sur étoffes et nous a accompagnés toute la journée.

Arrivés au musée, deux groupes sont constitués pour la visite, Marie-Paule, guide permanente se joint à Bruno. Ce qui nous a permis de profiter pleinement des explications et de mieux comprendre ce patrimoine artistique culturel, éducatif, technique aux nombreuses conséquences économiques sur la ville de Mulhouse et sa région. L’impression textile alsacienne est toujours présente malgré les difficultés concurrentielles du secteur

Ce ne sont pas moins de 250 ans d’histoires que le musée de l’Impression sur étoffes retrace.

C’est surtout en Inde que s’est développé ce procédé décoratif que les Mulhousiens sont allés espionner pour ramener les savoir-faire complexes et pour faire ensuite évoluer les techniques.

Avec les explications des guides, le parcours du musée, où les salles se suivent avec logique, est idéalement clarifié. Le rez-de-chaussée est consacré à la naissance de l’impression textile et le premier étage est réservé à la présentation des colorants pour préparer les mordants, à la partie impression manuelle (planches de bois), mécanisation (rouleaux) et chaines de fabrication.

Aujourd’hui, avec quelques 3 millions d’échantillons et dessins, les stylistes et les grandes maisons d’édition du monde entier viennent au musée pour consulter le fonds documentaire des textiles et concevoir les collections de demain.

Après la visite et le passage traditionnel par la boutique, nous nous sommes séparés de Marie-Paule et avons rejoint le restaurant « La Taverne » situé dans l’Ecomusée d’Alsace ; autre haut lieu de culture que nous gardons pour une prochaine sortie. Un menu typique Alsacien nous attendait avec une bonne et copieuse salade vigneronne suivie d’un fleischschnacka-salade verte, puis un sorbet mirabelle arrosé au Schnaps qui a, quelque peu, compensé l’unique verre de vin, mais aussi satisfait les papilles des amateurs.

Puis, nous avons repris le car pour un parcours de la route de la potasse, commenté avec enthousiasme par Bruno avec les détails appropriés. Cette présentation a permis de nous imprégner de toutes les conséquences géographiques, économiques, sociales et culturelles engendrées par l’extraction de la potasse pendant un siècle.

C’est grâce à une propriétaire de terres agricoles peu fertiles, qui a fait faire des forages dans l’espoir de trouver une richesse souterraine, que la potasse d’Alsace a été découverte, non loin du carreau Joseph ELSE, site où un ancien mineur nommé « Poli » nous a accueilli pour évoquer :

- le site et son avenir car c’est le seul endroit qui est encore en fonctionnement, notamment pour descendre dans les galeries à 550 m sous terre et qui sert désormais au stockage de matières dangereuses (Amiante, mercure, arsenic). Dès le lendemain de notre visite, des décisions gouvernementales doivent sceller définitivement le sort de ce site d’enfouissement.

- le métier de mineur et les conditions de l’exercice (températures élevées, poussières, risques d’accident et d’éboulement) de ce métier et les nombreux avantages sociaux.

- le musée minéralogique de la potasse avec ses nombreuses carottes de forage, minéraux et fossiles découvert dans le bassin d’effondrement de la plaine d’Alsace.

Ensuite, Poli nous a raconté sa vie personnelle et professionnelle :

- comment il est entré dans cette voie à 14 ans, et pourquoi il vit toujours sa passion

- depuis qu’il est en retraite et avec ses 83 ans aujourd’hui, il continue de partager cette vie pour perpétrer cette aventure aux nouvelles générations.

Aujourd’hui, bien que la ressource reste encore importante, la potasse d’Alsace n’est plus extraite. Elle provient désormais de la continuité du filon en Allemagne, acheminée en Alsace pour les différentes étapes de traitement et commercialisation. 95 % de la potasse sert dans les engrais agricoles le reste est utilisé dans diverses industries chimiques et le verre

Aucun n’est resté insensible à la vie hors norme et d’un autre temps de ce mineur. Tout ce que nous avons vu et entendu a provoqué des émotions parmi le groupe. Des applaudissements nourris ont ponctué la visite. Cet échange avec « un gars du fond » fut sans aucun doute le clou de la visite et le moment le plus apprécié.

Accompagné par le soleil toute la journée cette sortie culturelle fut dense, enrichissante et agréable, grâce à la compétence des deux guides qui ont su nous captiver par le potentiel culturel de la ville de Mulhouse et sa région.

Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs
Mulhouse et ses environs

Partager cet article
Repost0

commentaires